Grand Paris, un projet controversé

Grand Paris, un projet controversé

Le Grand Paris fait exploser toutes les inégalités territoriales

Lors du débat de « Public Sénat », il était convenu que ma « carte rouge » montrant l’extraordinaire concentration d’emplois en Île-de-France serait projetée à l’antenne. J’ai attendu en vain : résultat, je n’ai pas fait l’intervention que j’avais préparée sur ce sujet. D’où cet article complémentaire qui présente « la carte à laquelle vous avez échappé »… qui devient en réalité une « deux en un », avec une carte en bleu qui montre la localisation de la moitié de la main-d’œuvre, à mettre en regard de la carte rouge.

Sur la première figure, nous constatons une énorme concentration de l’emploi : 19 communes – sur 1274, soit 1,5%  ̶ forment une tache rouge centrale qui cumule la moitié de l’emploi régional, dans un vaste océan « gris » qui couvre les 1255 municipalités restantes.

Paris et ses adjacences ressortent clairement : évidemment à l’Ouest les quartiers d’affaires de La Défense élargie (Nanterre, Puteaux, Courbevoie, Rueil-Malmaison, Neuilly-sur-Seine) et du binôme Boulogne/Issy-les-Moulineaux ; le pôle de Saint-Denis / Saint-Ouen ; deux communes appartenant au ruban de villes longeant le périphérique de Saint-Ouen à Neuilly : Clichy et Levallois-Perret, qui constituent des satellites du Quartier Central des Affaires (QCA)[1] parisien ; des villes de toute première couronne (Montreuil, Gennevilliers) ou de grande (les centres administratifs et économiques de Versailles-Vélizy et de Créteil). Et deux exceptions qui ne sont pas localisées dans ce qu’on appelle « le cœur d’agglomération »[2] : Roissy, deuxième aéroport européen et l’ancienne ville nouvelle d’Évry, préfecture de l’Essonne.

[1] Le Quartier Central des Affaires regroupe les arrondissements : 1er, 2ème, 8ème, 9ème, 16ème, 17ème.
[2] Cœur d’agglomération : les communes en continuité de bâti avec Paris, avec au moins 80% d’espaces urbanisés et denses (au moins 80 habitants et emplois à l’ha construit). Source : IAU.

Sur la deuxième carte, nous observons une dispersion trois fois plus élevée de la main-d’œuvre en bleu, qui reflète bien la localisation géographique de la population francilienne et l’historique de l’urbanisation de l’agglomération : 61 communes sur 1274 – soit 4,7% – regroupent la moitié des actifs franciliens ayant un emploi.

Notons toujours l’importance de Paris et de ses adjacences : le ruban continu de villes le long du périphérique s’est allongé, allant de Pantin à Issy-les-Moulineaux. On retrouve La Défense, les pôles contigus à la capitale : Montreuil, Saint-Denis/Saint-Ouen, le binôme Boulogne/Issy. S’y ajoutent cette fois Aubervilliers, Pantin, Montrouge, Ivry/Vitry… Autant de communes de grande taille bien desservies, ayant accueilli de longue date des populations et des activités desserrées de la capitale.

En deuxième ligne, on reconnaît les bassins de main-d’œuvre de Seine-amont (Alfortville, Maisons-Alfort, Villejuif) jouxtant celui de Créteil (St Maur-des-Fossés, Champigny-sur-Marne) ;  ceux d’Aulnay (Blanc-Mesnil, Sevran, Drancy), Bobigny, de la boucle Nord 92 (Colombes/Asnières), d’Issy (Clamart, Châtillon) et de Boulogne (Meudon).

En seconde couronne, on relève la continuité urbaine Sartrouville/Argenteuil/Epinay (le long de la Tangentielle nord rebaptisée Tram 11 express), une cité de grands ensembles (Sarcelles). Les villes traditionnelles de Meaux, Melun, Saint Germain-en-Laye/Poissy, Massy/ Antony, Versailles… Des communes d’anciennes villes nouvelles : Cergy, Montigny-le-Bretonneux, Noisy-le-Grand, Évry/Corbeil. Soulignons enfin l’absence sur la carte de Roissy, cas spécifique d’un pôle d’emploi sans habitant.

Sans surprise, les deux cartes coïncident fort mal, traduisant la dissociation domicile/travail qui caractérise l’Île-de-France et les besoins de mobilité qui en résultent. Le réseau du Grand-Paris-Express ne constitue guère une solution, car il relie entre eux les « pôles d’excellence » cumulant les emplois, ce qui ne représente que 3% de la demande de transport[1].

Bien entendu, les besoins principaux de déplacements portent sur les liaisons domicile-travail entre des bassins d’habitat (donc de main-d’œuvre) et des pôles d’emplois. Une fonction relativement bien assurée par la ligne 15 Sud, mais très insuffisamment par la ligne 18 Orly-Versailles (voir article ci-après) et pas du tout par la ligne 17 Nord.

Le Grand-Paris-Express constitue une offre qui correspond très mal à la demande. Un échec programmé, dont les coûts ne cessent de grimper…

[1] Source : Enquête Globale de Transports d’Ile-de-France, 2010.

 

Balayer les idées reçues sur l’emploi et le travail

Balayer les idées reçues sur l’emploi et le travail

Vient de paraître

Comment dépasser cette obsession des chiffres, intégrer des éléments d’analyse plus qualitatifs, propres à mieux comprendre les enjeux et objectifs à mettre en oeuvre ?
Les idées reçues sur ces sujets sont légion et rendent délicate l’activité des acteurs et des professionnels, notamment pour des équipes politique de la ville dans les territoires prioritaires.
Qu’il s’agisse d’oeuvrer pour l’insertion, l’accès à l’emploi, le développement local, à la fois pour établir des diagnostics pertinents, mais aussi pour défendre des propositions d’actions.

Afin de sortir des confusions et des visions réductrices et de réfléchir ensemble à des clarifications entre les différents champs – emploi – travail – chômage, Profession Banlieue a réuni un groupe de travail animé par Jacqueline Lorthiois, urbaniste et socio-économiste, qui a développé une approche sur l’adéquation emploi et maind’œuvre dans les banlieues populaires, notamment en Île-de-France.
Cette publication fait suite à ce groupe de travail.
Elle a pour objectifs de déconstruire les idées reçues et de proposer des pistes stratégiques d’actions pertinentes. Elle se base sur l’expertise de Jacqueline Lorthiois, les analyses et études de cas qu’elle a présentées, enrichies par les débats avec les participants au groupe de travail.

Avant de lire cet ouvrage, je vous invite à tester vos connaissances grâce à ce petit quizz !

L’habitat participatif fête ses 40 ans

L’habitat participatif fête ses 40 ans

A l’origine de l’Habitat Participatif d’Habitants

En Septembre 2017, a été fêté l’anniversaire des 40 ans de la naissance du « Mouvement de l’Habitat Groupé Autogéré » (MHGA) qui a initié les premières expériences d’habitat coopératif portés par des citoyen-ne-s se constituant leur propre promoteur.

Dans les années 80, un tour de France du MHGA a permis de repérer plus d’une centaine de collectifs dans toute la France (et accessoirement en Belgique) regroupant environ 5000 personnes.

Jacqueline Lorthiois a fait partie des membres fondateurs de ce mouvement et a assuré pendant quelques années la rédaction de la revue « Habitants ».

Puis la crise a fait passer au second rang des préoccupations des populations les questions « d’habiter autrement » et plus généralement du « vivre mieux », au bénéfice des thèmes liés à l’urgence de « survivre », comme l’emploi, ou la lutte contre le chômage et la pauvreté.

L’habitat coopératif d’habitants a retrouvé une nouvelle légitimité, avec l’acuité des questions écologiques et le besoin de vie collective et de « sobriété heureuse ».

Le mouvement s’appelle désormais « Eco-Habitat Groupé ».

A côté du logement social et du logement privé, cette « 3ème forme d’habiter » est reconnue désormais par la loi ALUR.

Voir site
http://www.ecohabitatgroupe.fr/

Vidéo projetée à Nantes pour les 40 ans du MHGA

article publié dans Le Monde du
22 Février 1978

Colloque réalisé le 13 Juin 2015, au Théâtre 95, Cergy

De gauche à droite : Joël Dragutin (Dr Théâtre 95), Elvira Jaouen (maire Courdimanche), Daniel Jaunas (responsable IDF de l’Éco-habitat groupé), Jacqueline Lorthiois (co-fondatrice du Mouvement), Pascal Greboval (journaliste)
Au fond : fresque réalisée par le Collectif de Cergy (quartier des Touleuses).

De gauche à droite : Elvira Jaouen, Daniel Jaunas, Jacqueline Lorthiois, Pascal Greboval.
Au fond : Logements réalisés en auto-construction par le mouvement coopératif des « Castors ».

De gauche à droite : Elvira Jaouen, Daniel Jaunas, Jacqueline Lorthiois, Pascal Greboval.
Au fond : constructions en glace, bambou, toile, réalisées par le Collectif des « Sanfte Structuren » (« Les structures douces »)- Allemagne

La grande distribution sur la sellette

Grande distribution le scandale des 418 000 000 000 €

conférence du 28 avril 2018 :

 

  • le scandale des 418 000 000 000 € d’infractions non perçus par l’Etat (Martine DONNETTE)
  • le mensonge sur les emplois (Jacqueline LORTHIOIS)
  • le pillage des terres fertiles (Robert LEVESQUE)
  • la corruption (Philippe PASCOT)
  • le droit (Etienne CHOUARD)
  • l’expérience sur le terrain (Bertrand VEAU, Maire de Tournus)

Visionner mon intervention

Visionner la totalité de la conférence