Enfin paru : un article du « dictionnaire » du site « Forum Vies Mobiles » intitulé ZONE COHÉRENTE.

 

À la suite de l’article que j’ai co-écrit avec Harm Smit « Les écueils du Grand Paris Express », nous avons été invités par le « think tank » Forum Vies Mobiles à publier un article dans leur dictionnaire consacré à l’aménagement du territoire. Cet article intitulé « Zone cohérente » vient d’être publié, également en version anglaise « Coherent area ».

Nous considérons la « zone cohérente » comme la structure de base pour un aménagement du territoire « soutenable » : plus rationnel et efficace, plus vivable, moins inégalitaire, plus résilient, moins énergivore…

Aujourd’hui, nos territoires urbains sont livrés à un développement chaotique et déstructurant, qui entraîne – en particulier dans les grandes agglomérations, telle la mégapole francilienne – tout un cortège d’effets néfastes : hyper concentration des emplois, galère des transports due aux besoins sans cesse croissants de déplacements associés à des trajets domicile-travail toujours plus longs, spéculation foncière et étalement urbain, gentrification et ségrégation sociale, destruction de terres agricoles, dégradation du cadre de vie et des aménités urbaines…

Cette situation, qui s’aggrave d’année en année, amplifiée encore par la crise sanitaire, résulte d’un abandon aux lois du marché, d’une vision illusoire de la région comme un vaste bassin d’emploi unique qu’on doit pouvoir traverser de part en part, et d’une domination des intérêts métropolitains au détriment des aspirations locales.

Pour sortir de cette spirale infernale, on ne peut se satisfaire de mesurettes, un changement de paradigme d’aménagement du territoire s’impose. C’est dans cette optique que nous préconisons une approche fondée sur des zones cohérentes, visant à redonner de l’autonomie aux territoires, fonctionnant en réseau, certes, mais dans une structure régionale réellement polycentrique. À noter qu’il ne s’agit pas d’un concept purement théorique, il existe des zones cohérentes, dont trois exemples sont présentés dans l’article.