Renouveler la perception du territoire par les habitants et les agents économiques

Eléments de méthode
Les projets de rénovation urbaine ont permis de mobiliser, dans un temps resserré, des moyens financiers et humains considérables en faveur du développement des quartiers de la politique de la ville.

Toutefois, la situation de ces derniers reste fragile.

Le plan stratégique local (Psl) tel que proposé par l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) en 2011, au sortir des conventions de rénovation urbaine, a permis de fixer un cap garantissant la poursuite des interventions des différents partenaires sur le quartier, ainsi qu’une mise en cohérence de leurs politiques.

C’est donc un nouveau projet politique pour les quartiers rénovés que le Psl formalise. Mais ce projet ne peut se pérenniser et se développer qu’à la condition de savoir diagnostiquer les ressources disponibles sur le terrain, en se donnant les moyens de les analyser et de les prendre en compte. Il s’agit de quitter la vision mortifère des quartiers de la politique de la ville – qui décourage et n’a donc aucun intérêt pour une stratégie et des actions de développement – et d’adopter une vision alternative, basée sur l’identification de critères positifs incitant à se mobiliser.

Le tout premier travail à mener est de chasser les idées reçues. Or elles sont légion dans les quartiers de la politique de la ville.

[pdf-embedder url=”/wp-content/uploads/2018/12/Texte.pdf”]